retour

La réforme de l’apprentissage inquiète les formations RH

Frederic Sauvage, directeur de CFA Formasup à Lille et responsable du master RH de l’IAE de Lille

La réforme de l’apprentissage inquiète les formations RH


09/02/18 | Formation

Les responsables des masters RH en apprentissage craignent que les branches professionnelles, si elles pilotent le système, privilégient les formations métiers au détriment des cursus transversaux et interprofessionnels. Le point avec Frederic Sauvage, responsable du master RH de l’IAE de Lille.

Alors qu'Edouard Philippe doit rendre aujourd’hui ses arbitrages sur la gouvernance de l'apprentissage, les formations RH déclinées sous cette forme pédagogique craignent que les choix du Premier ministre ne portent préjudice à leurs cursus. L’objet du litige ? Un pilotage du système par les branches professionnelles, en lieu et place des régions, risquerait de priver ces centres de formations pour apprentis (CFA) de subsides indispensables à leur survie. Parmi leurs craintes figurent notamment le risque que les branches professionnelles ne privilégient les formations métiers et notamment les cursus infra bac, à travers des "Campus des métiers", au détriment des formations transversales et interprofessionnelles : RH, finances, marketing, informatique, commercial. Or, "les besoins des entreprises sont beaucoup plus ouverts, alerte Frederic Sauvage, directeur du CFA Formasup à Lille, responsable du master RH de l’IAE de Lille et vice-président de l'Association nationale pour l’apprentissage dans l’enseignement supérieur (Anasup). Les banques peuvent former des conseillers financiers mais sont-elles compétentes pour enseigner la conduite du changement et la digitalisation ?"

A Lille, la région Hauts-de-France verse une dotation de fonctionnement d’environ 10% du budget global du CFA qui compte près de 5000 apprentis préparant des diplômes de niveau Dut au master, soit 3 millions d’euros.

Frederic Sauvage insiste sur la bonne insertion professionnelle des élèves. "Selon plusieurs enquêtes, le taux d’insertion des jeunes professionnels RH par apprentissage est de 5 à 6 points supérieurs aux étudiants qui ont suivi une filière classique, poursuit Frederic Sauvage. Leur taux de rémunération est de 10% plus élevé et surtout la qualité de leur emploi est plus importante".

Financement "au contrat"

Autre crainte : le financement "au contrat", comme c’est actuellement le cas pour les contrats de professionnalisation. "Le coût actuel prend en compte le face-à-face pédagogique, mais aussi les investissements (matériel et bâtiments) et le coût de l’ingénierie pédagogique (comme la formation des maîtres d’apprentissage ou l’adaptation des formations par apprentissage)". Or, si ce coût de référence n’intègre pas le financement de ces trois parties, Frédéric Sauvage redoute une baisse des ressources et de la qualité de la formation. Avec, à la clef, une chute du nombre d'apprentis. L’Anasup a également tiré la sonnette d’alarme. Dans un communiqué diffusé le 7 février, elle s’inquiète d’un possible "démantèlement des CFA interprofessionnels en réseau".

Taxe d’apprentissage

Enfin, une refonte de la taxe d’apprentissage pourrait également être préjudiciable. Actuellement, la taxe comprend trois parts, l'une appelée le "quota", réservée au financement de l'apprentissage (26%), et l'autre le "hors-quota" ou barème (23%), dédiée aux écoles de commerce et d'ingénieurs, aux universités préparant des diplômes professionnels, aux lycées et même aux collèges disposant de sections d'enseignement général et professionnel adapté (Segpa). S’y ajoute une quote-part versée aux régions (51%). La disparition de cette fraction régionale pourrait être dévastatrice pour leurs budgets. La synthèse de la concertation sur l'apprentissage, pilotée par Sylvie Brunet, présidente de la section travail et emploi du Conseil économique, social et environnemental, le 30 janvier, préconise, d'ailleurs, une "période transition" au cas où certains financements seraient remis en cause.

Frédéric Sauvage se dit favorable à une "gouvernance partagée" entre branches professionnelles et régions afin de réfléchir sur l’offre de formation et favoriser "un pilotage au plus près du terrain". Reste à savoir quelle sera la décision de l’exécutif.

Le master 2 GRH de l’IAE de Lille fait partie du réseau Référence RH qui compte une trentaine de formations RH dont les trois quarts déclinés par apprentissage.

Zoom sur


Print offer

Zoom on a product

Ordonnances Macron

Print offer

Ordonnances Macron

60
ttc
La réforme du code du travail : ce qui change
Print offer

Zoom on a product

Guide du manager

Print offer

Guide du manager

52
ttc
Le droit du travail pour répondre à vos équipes au quotidien