retour

Mobilisation des OPCA d’Ile-de-France pour le numérique

1er septembre 2017. Signature d’un partenariat de formation entre France université numérique et les OPCA Unifaf, Uniformation, Fafih, Opcabaia, Opcalim. © Unifaf
© Unifaf

Mobilisation des OPCA d’Ile-de-France pour le numérique


08/09/17 | Emploi / Formation
08/09/17 | Emploi / Formation Voir l'édition du jour

Cinq OPCA de branche, dont Unifaf et Uniformation, ont signé le 1er septembre dernier un partenariat inédit par son ampleur. Objectif : développer en lien avec l’université une formation en ligne pour accompagner les TPE-PME franciliennes dans leur transition numérique.

43 000 TPE et PME franciliennes des secteurs du sanitaire, du social et médico-social, des banques, de l’hôtellerie, de l’alimentaire invitées à prendre le virage du numérique : l’accord de partenariat signé le 1er septembre dernier entre France Université numérique, diffuseur historique des modules de formation en ligne des établissements d’enseignement supérieur français, et cinq OPCA de branche (Unifaf et Uniformation, Fafih, Opcabaia, Opcalim) fera date.

L’objectif est de diffuser une série de cours en ligne réunis dans un SPOC (small private online course) – version plus resserrée et privative d’un MOOC (massive open online course) – pour familiariser les entreprises franciliennes aux enjeux du numérique et à la digitalisation de leurs activités. Les cours seront mis à disposition gratuitement des adhérents des cinq OPCA concernés.

Tronc commun et modules métiers

Initié et financé par la Direccte Ile-de-France, ce partenariat inédit par son ampleur vient en déclinaison d’une expérimentation conduite en 2015 entre la Direccte, Opcalim (banques et assurances) et France université numérique sur l’appropriation des parcours de type MOOC dans les programmes de formation et de développement des compétences.

Concrètement, les partenaires s’engagent sur la mise à disposition d’un dispositif souple tenant compte de la disponibilité restreinte des salariés. Le comité de pilotage du projet a ainsi souhaité qu’après un tronc commun de deux semaines, donnant de façon globale les clés de la transition numérique, des modules spécifiques à chaque filière soient proposés pendant deux autres semaines pour apporter des modes opératoires et des outils aux entreprises, en lien avec leurs métiers et compétences propres.

France université numérique assurera la supervision de l’ensemble du programme. « Formidable levier de croissance et de développement pour les TPE-PME, le numérique peut être introduit rapidement et simplement dans toutes les fonctions internes, pourvu qu’il s’intègre dans une activité professionnelle et des objectifs précis », indique l’opérateur public.

Les cinq OPCA garantiront un contenu pédagogique adapté à leur secteur en établissant eux-mêmes le cahier des charges du SPOC, qui fera ensuite l’objet d’un appel d’offres diffusé au sein du réseau de France université numérique (plus de 100 établissements d’enseignement supérieur et de recherche).

Une gageure pour Uniformation et Unifaf

Le défi est particulièrement relevé du côté de Uniformation et Unifaf, couvrant tout deux des secteurs non marchands caractérisés par une multitude d’acteurs différents. Koulsoum Logerot, déléguée interrégionale d’Uniformation, indique ainsi que la partie spécifique de la formation qui sera proposée par l’OPCA, faite de vidéos, tutoriels et témoignages, devra s’adresser à quelque 21 branches de l’économie sociale, de la protection sociale et de l’habitat social. Une gageure. « En outre, c’est pour nous une nouveauté en termes de modalités pédagogiques. La formation à distance n’est pas dans les habitudes de nos adhérents. A charge pour nous de l’impulser », ajoute-t-elle.

Pour cela, les conseillers des OPCA devront eux-mêmes se former au SPOC afin d’être en capacité de le proposer à leurs adhérents, puis de les épauler dans leur utilisation. Le tronc commun et la partie spécifique de la formation, de deux semaines chacun, seront administrés à raison de quatre modules de 15 minutes par semaine, et feront l’objet de véritables attestations de présence indiquant le temps de connexion. Uniformation réfléchit à un temps de regroupement qui clôturera la formation, soit dans une session collective sur Internet, soit dans les locaux de l’OPCA. « Notre public étant assez éloigné du numérique, ces regroupements permettront de créer du lien entre participants, et peut-être d’enclencher un cercle vertueux », anticipe Koulsoum Logerot.

Faire tomber les résistances du monde sanitaire et social

Du côté d’Unifaf, on souligne l’importance de ce projet dans un contexte de transformation de grande ampleur du secteur sanitaire et social. Pour Laurent Barban, secrétaire régional Ile-de-France d’Unifaf, le SPOC devrait contribuer à faire tomber les barrières qui peuvent exister aujourd’hui encore entre le monde sanitaire et social et celui du numérique. « Nous espérons que cette formation permettra de développer l’appétence pour des formations digitales et numériques beaucoup plus ambitieuses, voire à terme des formations certifiantes ». L’OPCA pourrait d’ailleurs profiter de la vague d’intérêt éventuellement suscité pour muscler ses actions de formation au numérique, actuellement au point mort. « Ce projet est aussi un moyen de convaincre notre conseil d’administration de l’intérêt d’investir le numérique », glisse Laurent Barban.

Une question : combien iront jusqu’au bout ?

Le lancement des inscriptions au SPOC débutera en fin d’année 2017 et sera limité aux entreprises de moins de 250 salariés. La formation sera quant à elle délivrée sur la plateforme de France université numérique entre février et juin 2018. Globalement, 85 % des 8 400 adhérents d’uniformation d’Ile-de-France, et 75 % des 3 000 établissements et services sociaux, médico-sociaux et sanitaires franciliens relevant d’Unifaf pourraient être concernés par cette action. Soit un potentiel de plusieurs centaines de milliers de professionnels.

Pour l’heure, le succès de l’opération demeure une inconnue. Rien ne dit que la facilitation d’apprentissage offerte par le SPOC suffira à elle seule à convaincre les entreprises et à enclencher le cercle vertueux attendu par les partenaires. « Nous ne savons ni combien de personnes s’inscriront, ni combien iront jusqu’au bout de la formation. L’important est de tester », résume Koulsoum Logerot. En fonction du bilan qui sera tiré en juillet 2018, une réexploitation du SPOC pourrait être entreprise sur 2019 par les cinq OPCA afin d’enfoncer le clou, avant une généralisation du dispositif à l’échelle nationale.

 

Le SPOC en détails

  • Un fil rouge : concevoir et mettre en œuvre sa stratégie de e-transformation dans une logique de filière professionnelle.
  • Un tronc commun (2 semaines ) organisé autour de 4 thématiques : digitalisation de l’entreprise ; fonctions et activités numérisables ; autodiagnostic et stratégie ; obligations et protection.
  • Un tronc spécifique (2 semaines) propre à chaque OPCA : impact du numérique sur le cœur de métier ; attentes clients ou usagers ; augmenter sa visibilité ; organiser et manager son activité ; mesurer et optimiser les résultats.

 

Retrouvez nos précédents articles sur "le travail social à l'heure du numérique" :

Tous les articles de cette série sont rassemblés ici (lien à retrouver sur le site de tsa, dans la colonne de droite, rubrique "Dossiers").

Zoom sur


Print offer

Zoom on a product

Ordonnances Macron

Print offer

Ordonnances Macron

60
ttc
La réforme du code du travail : ce qui change
Print offer

Zoom on a product

Guide du manager

Print offer

Guide du manager

52
ttc
Le droit du travail pour répondre à vos équipes au quotidien