Coronavirus : gouvernement et fédérations du BTP se mettent enfin d'accord

23.03.2020

HSE

Le gouvernement et les professionnels du BTP se sont enfin mis d'accord sur la continuité de l'activité pour les entreprises du secteur pendant l'épidémie de Covid-19. Les ministères, entre autres, de l'Économie, de la Transition écologique et solidaire, et du Travail, et trois fédérations professionnelles ont publié un communiqué commun le 21 mars 2020. L'accord se rapproche plutôt de ce qui était demandé par les fédérations.

HSE

Hygiène, sécurité et environnement (HSE) est un domaine d’expertise ayant pour vocation le contrôle et la prévention des risques professionnels ainsi que la prise en compte des impacts sur l’environnement de l’activité humaine. L’HSE se divise donc en deux grands domaines : l’hygiène et la sécurité au travail (autrement appelées Santé, Sécurité au travail ou SST) et l’environnement. 

Découvrir tous les contenus liés

Les acteurs déclarent ensemble que la sécurité des salariés est la "priorité absolue". Les entreprises craignaient de voir leur responsabilité engagée, le texte rappelle que prendre les mesures de prévention est une obligation de moyens. Un guide de bonnes pratiques réalisé par les fédérations avec l'aide de l'OPPBTP (qui a déjà donné quelques conseils) et validé par les ministères de la Santé et du Travail sera diffusé dans les prochains jours. 

En matière de travaux publics, les grands maîtres d’ouvrage au niveau national et les préfets au niveau local coordonneront et prioriseront les chantiers à poursuivre ou à relancer, indiquent les protagonistes dans leur communiqué. "Dans le cas de chantiers très complexes, un délai pourra être nécessaire afin de définir des procédures adaptées", lit-on aussi. Par ailleurs, "une attention particulière sera portée au cas des chantiers au domicile des particuliers lorsque ceux-ci sont présents".

Des médias ont rapporté que les Direccte menaçaient les entreprises du secteur qui arrêtaient leur activité de ne pas bénéficier des dispositifs d'aide mis en place. Le communiqué indique finalement que les mesures d'urgence, dont le chômage partiel, s'appliqueront bien, sur la base de justificatifs simples, pour les entreprises du secteur touchées par la baisse d'activité. 

Ce communiqué met fin à une semaine de fortes tensions entre le gouvernement et les fédérations du secteur. Ces dernières avaient rapidement demandé l'arrêt provisoire des chantiers, mais le gouvernement leur avait répondu négativement. La ministre du Travail s'était dit "scandalisée" par une position qualifiée de "défaitiste". 

Vous aimerez aussi

Nos engagements