D'acc pour un peu d'humour avec Pierre Dac ?

D'acc pour un peu d'humour avec Pierre Dac ?

22.10.2020

Représentants du personnel

L'occasion d'éclater de rire n'est pas si courante par les temps qui courent. Alors ne boudons le plaisir procuré par la visite de l'exposition "Pierre Dac, du côté de l'ailleurs", au musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris. Grand loufoque devant l'éternel, grand patriote et grand résistant, Pierre Dac, alias André Isaac, est à découvrir dans cet article ric rac.

Bien sûr, tout n'est pas drôle dans la vie de Pierre Dac (1893-1975). Le premier conflit mondial (quel manque de tact !) lui prit dix centimètres de son bras gauche et, plus grave encore, lui enleva son frère Marcel. Pierre Dac rendra d'ailleurs un éclatant hommage à ce dernier sur les ondes de la BBC. En mai 1944, il adressa une réponse cinglante à Philippe Henriot, le propagandiste antisémite du régime de Vichy qui avait fustigé en Pierre Dac, né André Isaac, et en ses parents, des juifs hostiles aux intérêts de la France.

Représentants du personnel

Les représentants du personnel sont des salariés élus ou désignés chargés de représenter les salariés de l’entreprise avec des missions spécifiques selon l’instance représentative du personnel (IRP) à laquelle ils appartiennent. Il y a quatre grandes IRP : les DP, le CE, CHSCT et les délégués syndicaux.  Au 1er janvier 2020, l’ensemble des IRP (hormis les délégués syndicaux) devront fusionner au sein du CSE.

Découvrir tous les contenus liés

"Puisque vous avez si complaisamment cité les prénoms de mon père et de ma mère, laissez-moi vous signaler que vous en avez oublié un, celui de mon frère (...) Je vais vous dire où vous pourrez le trouver (...) : au cimetière Montparnasse, entrez par la porte de la rue Froidevaux, tournez à gauche dans l'allée, et, à la 6e rangée, arrêtez-vous devant la 8e ou 10e tombe. C'est là que reposent les restes de ce qui fut un beau, brave et joyaux garçon, fauché par les obus allemands, le 8 octobre 1915 (..) On lit cette inscription : "Mort pour la France, à l'âge de 28 ans". Voilà, M. Henriot, ce que cela signifie pour moi, la France".

Cet engagement, Pierre Dac le poursuivra à la Libération en devenant reporter de guerre (voir la photo ci-dessous) puis en incarnant très sérieusement, au théâtre de la commune d'Aubervilliers en 1966, un président de tribunal dans "L'instruction" de Peter Weiss, pièce inspirée du procès de responsables et gardiens du camp d'extermination d'Auschwitz. 

Archives Jacques Pessis

La gravité est donc présente chez ce chansonnier et humoriste issu d'une famille alsacienne réfugiée à Châlons-sur-Marne pour échapper à l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne en 1871. Cette gravité explique sans doute la mélancolie du personnage mais aussi son incroyable fantaisie, débordante, bref jamais ric rac. Tout se passe chez Dac comme si son esprit s'amusait du tac au tac, comme s'il s'inventait un royaume à lui, absurde et cocasse, jamais réac ! Un royaume où l'on ne s'ennuie jamais, l'activité majeure consistant à prendre les mots au pied de la lettre, comme dans cette explication finement juridique : "L'article 16 de la Constitution ne doit son existence qu'à celle des articles 15 et 17 qui le précèdent et le suivent". 

Échangerais matelas de plume contre sommeil de plomb 

 

Sans doute a-t-on du mal aujourd'hui à mesurer la popularité qui fut celle de Pierre Dac, un nom de scène choisi pour lui par un patron de cabaret ("Dac" comme "d'actualité").  Dans les années 20, ce petit homme élégant et fort en gouaille arpente les planches des Deux Ânes et du Caveau de la République, il fait l'acteur au cinéma, et finit par inventer un humour absurde -les Britanniques parleraient de nonsense- qu'il nomme "loufoque". Quel craque ! Il faut dire que l'homme assure avoir été un enfant surdoué : "Je n'eus pas de première culotte; j'eus tout de suite ma deuxième, car ma précocité se manifestait également dans le domaine vestimentaire".

Cet humour, il le popularise grâce aux radios naissantes (Radio Cité, Poste parisien) où il crée des émissions nouvelles, "L'académie des travailleurs du chapeau" et la "SDL", ou "société des loufoques" avec Fernand Rauzéna. Un sacré micmac ! Il lance ensuite l'organe des loufoques, l'hebdomadaire "L'Os à moelle", sorte de Canard Enchaîné dopé d'humour absurde qui ressuscitera brièvement après guerre.

Pierre Dac y moque les politiciens pleutres, raille Hitler et Mussolini, digresse à qui mieux mieux, quelle gnaque ! Et il y publie de bien curieuses petites annonces :

  • "A vendre : porte-monnaie étanche spécial pour argent liquide";
  • "On demande cheval sérieux connaissant bien Paris pour faire livraisons tout seul";
  • "Échangerais fauteuil Empire contre fauteuil en mieux";
  • "Poète pauvre recherche rimes riches";
  • "Souffrant d'insomnie, j'échangerais un matelas de plumes contre un sommeil de plomb",  etc. 

Dans une exposition pas si comac mais décidément sans couac, de multiples séquences permettent d'entendre la voix de Pierre Dac, son inimitable ton faussement sentencieux, et parfois de le voir : quel joyeux bric à brac ! 

Les temps sont durs, votez pour le MOU !  

 

Dans le sketch du "bain d'houille", Pierre Dac ôte son frac et prend un bain de charbon, "car c'est moins liquide et cela tient plus au corps que l'eau", et il offre un morceau de houille à son visiteur "pour se brosser les dents". Dans cet autre, il déguste "un sandwich au pain", nourrissant quoiqu'un peu sec, tu parles d'une barbaque ! Il ne dédaigne pas se grimer et se travestir en femme, comme dans "la recette du water pudding" qui ne comporte, gastronomie anglaise oblige, qu'un unique ingrédient, l'eau. Comme le montre l'image ci-dessous, Pierre Dac se transforme aussi en sage hindou dans le célèbre numéro de voyage avec Francis Blanche, "Le sâr Rabindranath Duval" . Extrait tout à trac : "Votre père était ? Hindou ! Et votre grand père ? Un dur !"

Archives Jacques Pessis

Avec Francis Blanche, Pierre Dac forme, comme on dirait au rugby, un sacré pack ! Ils écrivent et enregistrent de multiples feuilletons radiophoniques comme "Faites chauffer la colle" ou "Signé Furax", une série rocamblesque truffée de trouvailles et jeux de mots qui fait un tabac. Le succès du feuilleton, diffusé à 13h10 tous les jours durant 4 ans à partir de 1956, est tel qu'un jour Guy Mollet, le président du conseil (on dirait aujourd'hui le Premier ministre), coupe un débat à l'Assemblée pour lancer : "Messieurs les députés, continuez sans moi, je vous quitte, je vais écouter Furax". Tu parles d'une pub qui matraque !

Vogue, 1981, Disque vinyle 33 tours, archives Jacques Pessis

Au demeurant, c'est sans ménagement que Pierre Dac traite la politique en l'éclaboussant d'absurde, façon flic flac. Avec Francis Blanche également, il signe l'hymne du  "Le Parti d'en rire"  sur l'air du Boléro, après "avoir demandé au regretté Maurice Ravel de nous écrire la musique". Le programme de ce parti ? "Contre tout ce qui est pour, pour tout ce qui est contre". Ça claque !

Archives Jacques Pessis

Le roi des loufoques est un temps candidat à l'élection présidentielle au titre du MOU, le mouvement ondulatoire unifié, avec ce slogan irréfutable : "Les temps sont durs, votez pour le MOU". L'humoriste s'extirpe de la campagne par une pirouette façon "j'te plaque". Ayant trouvé plus loufoque que lui depuis la candidature de Jean-Louis Tixier-Vignancour (homme politique d'extrême droite), Pierre Dac jette l'éponge. Bref, la politique, c'était pas son zodiaque !

 Le travailleur courageux ne craint pas de se coucher à côté de son travail pour montrer qu'il n'en a pas peur !

 

 

Si vous avez la chance, étant francilien ou de passage à Paris, de vous rendre à l'expo Pierre Dac, ne vous contentez pas de ce modeste feedback, courez-y ! Et si vous voulez qu'elle vous estomaque, qu'elle vous attrape par le colback, attardez-vous à l'une des bornes diffusant une parodie de journal télévisé. Pierre Dac inverse de façon drolatique la fameuse loi cynique des journalistes dite du "mort kilomètre". Selon cette règle, plus un événement dramatique se produit près de chez nous, plus on en parle. Ici donc, de multiples dépêches urgentes signalent au téléspectateur des changements de pharmacie de garde à...Santiago du Chili, quelle arnaque !

Fils spirituel d'Alphonse Allais selon lequel "quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue", père non moins spirituel des Guignols, de Coluche (qui lui emprunta son schmilblick) ou encore d'un autre Pierre -Desproges-, Pierre Dac déclame, démoniaque : "Le travailleur véritablement courageux est celui qui ne craint pas de se coucher à côté de son travail pour bien lui montrer qu'il n'a pas peur de lui". Vite, un hamac !

 

► "Pierre Dac, du côté d'ailleurs", expo à voir au musée d'art et d'histoire du judaïsme, 71 rue du Temple, Paris, jusqu'au dimanche 28 février 2021. L'inscription préalable est obligatoire avant la visite.

 

Bernard Domergue
Vous aimerez aussi

Nos engagements