compensation_ecologique_1.PNG PDF I 6 pages

La compensation écologique : contrainte ou opportunité pour l'exploitant agricole

Publié le 12.06.2017

La loi "biodiversité" consacre la doctrine "éviter, réduire, compenser" (ERC) et crée les unités de compensation écologiques. Faute de pouvoir éviter ou réduire les atteintes portées à la biodiversité, l'aménageur doit mettre en œuvre des mesures de co

Ce dossier vous intéresse ?
Je télécharge gratuitement

Faites le point notamment sur

  • Les mesures de compensation écologiques
  • La notion d'équivalence écologique
  • La compensation des atteintes à la biodiversité

L'essentiel à retenir

La loi "biodiversité" impose des mesures de compensation écologique à tout porteur de projet et crée les sites naturels de compensation dans un objectif d'absence de perte nette, voire de gain de biodiversité. Cette obligation de compensation écologique est à double tranchant pour l'exploitant agricole à la fois débiteur d'une obligation de compensation pour ses propres projets et opérateur de compensation pour les autres maîtres d'ouvrage.

Extrait

La loi "biodiversité" n°2016-1087 du 8 août 2016 conçoit la diversité biologique comme une valeur absolue et interdit ou sanctionne toute atteinte préjudiciable à son renouvellement. Mais elle ne nie pas la réalité économique pour autant. Aussi met-elle des mesures de compensation à la charge des porteurs de projet. Dans ce contexte, l'exploitant agricole peut être aussi bien débiteur qu'opérateur de la compensation écologique. L’obligation de compensation écologique : contrainte ou opportunité ?

Je télécharge gratuitement
Contenus gratuits similaires

Nos engagements