Placement financier

Placement financier

Lorsque l’entreprise dispose d’un surplus de trésorerie, une bonne gestion d’entreprise consiste à valoriser cet actif en assurant des placements financiers adéquats. Il existe un grand de nombre de placements financiers possibles pour les entreprises. L’entreprise va donc assurer une gestion des actifs en se constituant un portefeuille diversifié correspondant à son besoin de liquidité, son aversion au risque, sa rentabilité espérée etc. dans une optique de gestion fiscale cohérente.

Placement financier et liquidité

Certains placements sont plus performants que d’autres mais présentent aussi plus de risques. En effet, il n’y a pas de rentabilité sans risques. L'entreprise doit donc avant d’envisager toutes opérations financières établir, en lien avec sa réalité économique, le degré de risque qu’elle est en mesure de prendre et son besoin de liquidité à court et moyen terme.
Par exemple, certains placements sont bloqués pendant une période de temps soit peu liquides. Il s’agit des contrats de capitalisation, des comptes à terme (dépôt à terme), (de parts de SCPI par exemple) et actions non cotées sur un marché secondaire… L’entreprise ne peut donc pas récupérer des liquidités rapidement en cas de besoin. Le placement s’inscrit sur une logique de moyen/long terme.
A contrario, certains placements sont très liquides du fait notamment de la possibilité d’obtenir une contrepartie immédiate sur un marché secondaire. Par exemple, les obligations souscrites peuvent s’échanger sur la marché obligataire, il n’est donc pas nécessaire d’attendre l’issue du contrat pour obtenir le remboursement du capital investi. De même, les actions cotées enregistrant des forts volumes de transaction permettent d’obtenir une contrepartie quasi-instantanée au risque néanmoins de réaliser une moins-value.

Nos produits et solutions

Placement financier

Toutes nos solutions

Nos dossiers et articles gratuits

Placement financier

La gestion du portefeuille, l’importance de la diversification

Diversifier les placements financiers permet de diluer le risque encouru par l’entreprise. Il est donc important de distinguer les actifs risqués des actifs qui le sont moins afin de constituer un portefeuille correspondant au risque auquel l’entreprise peut faire face.
A ces fins, l’entreprise peut assurer sa propre gestion de patrimoine et construire son portefeuille.
Elle peut aussi “déléguer” cette tâche à des professionnelles des services d’investissement, des sociétés de gestion via des OPC (organisme de placement collectif) se distinguant en deux grandes catégories. Deux grandes catégories se distinguent: les SICAV (société d’investissement à capital variable), où l’investisseur est actionnaire, et les FCP (fonds communs de placement) où l’investisseur est membre d’une copropriété de valeurs mobilières.
Les OPC assurent une gestion des actifs et constituent en eux-mêmes un portefeuille d’actifs diversifié. La rentabilité du placement dans un OPC va dépendre de la performance globale des actifs détenus par l’organisme.
Le choix est large : actifs européens ou mondiaux, secteurs économiques, capital investissement, ISR, etc.
Par ailleurs, l’entreprise peut souscrire un contrat de capitalisation auprès d’une compagnie d’assurance. Le fonctionnement du contrat de capitalisation s’assimile à un contrat d’assurance vie. Via ce contrat, l’entreprise peut avoir accès à deux compartiments :

  • le fond garanti où le capital investi ne peut être perdu mais avec une rentabilité moindre ;
  • le fond non garanti dépendant de la variation des actifs souscrit par l’intermédiaire du contrat.

Nos engagements