La croissance du marché comptable français est restée soutenue en 2019

La croissance du marché comptable français est restée soutenue en 2019

15.07.2020

Gestion d'entreprise

Le chiffre d'affaires du marché comptable, toutes entreprises confondues, a atteint 24,55 milliards d'euros en France en 2019, selon l'Insee. Une augmentation de 5,1 % relativement proche de celle de 2018 et qui est supérieure à celle de l'économie en général.

Le marché comptable se porte bien — en tous cas avant la crise de 2020. Le chiffre d'affaires de la branche comptable — notion la plus pertinente pour mesurer le marché comptable (lire les explications dans l'encadré à la fin de l'article) — est estimé pour 2019 à 24,55 milliards d'euros, selon PDF iconles données provisoires que l'Insee vient de publier. La progression s'élève ainsi à 5,1 %, une évolution relativement proche de celle de 2018 (+ 5,7 %). Cette croissance est d'autant plus intéressante qu'elle est supérieure à celle de l'économie en général. En 2019, le PIB (produit intérieur brut) a augmenté, en valeurs, de 2,8 %, toujours selon l'Insee. Ce phénomène est structurel. Entre 2008 et 2019, l'activité de la branche comptable a augmenté de 67,12 % contre seulement 21,75 % pour le PIB — toujours en valeurs.

 

Source : Insee / actuel expert-comptable

(1) Les données sont définitives jusqu'en 2017, semi-provisoires pour 2018 et provisoires pour 2019

(2) A partir de 2017, le chiffre d'affaires est diffusé, pour toutes les unités, en se basant sur la définition de l'entreprise au sens économique, c'est à dire en raisonnant sur la notion de groupe pour toutes les sociétés qui ne sont pas indépendantes. Avant cette date, le chiffre d'affaires est déterminé essentiellement sur la base des unités légales, c'est à dire sans prendre en compte la notion de groupe (à l'exception de certains groupes qui, à partir de 2013, ont été intégrés à partir d'un traitement manuel ; à partir de 2016, une cinquantaine de groupes supplémentaires a été ajouté également par traitement manuel). Pour plus d'informations, lire notre article.

Effet volume ...

Comment expliquer une telle évolution d'un marché pourtant dit mâture ? Pour l'Insee, cela tient d'abord à l'effet volume, responsable de 4,1 points de pourcentage d'augmentation. Cet institut de la statistique ne donne pas davantage d'explications sur ce sujet. On peut faire l'hypothèse, comme l'année précédente, de l'augmentation du nombre de clients qui s'adresseraient aux cabinets comptables en émettant toutefois d'emblée deux réserves : 1) la notion de marché comptable englobe les cabinets comptables ainsi que les autres entreprises qui réalisent, à titre accessoire, une activité comptable — ce peut être le cas d'une entreprise dont l'activité principale est le conseil en gestion ; 2) nous ne savons pas si l'Insee tient compte d'un éventuel effet d'évolution des paniers de prestations.

Cette hypothèse de l'augmentation du nombre de clients repose grosso modo sur une autre hypothèse, celle de la progression en 2019 du nombre d'entreprises au régime réel même si à ce jour il n'existe pas de statistique officielle publiée quant au nombre d'entreprises existantes (tous régimes confondus comme au régime réel) au 31 décembre 2019 et au 31 décembre 2018 — cela tient au fait qu'aucune étude officielle ne compte les cessations d'entreprise ; tout juste peut-on connaître le nombre de liquidations judiciaires, ce qui ne couvre qu'une partie des cessations d'entreprises. Toutefois, nous avions émis l'hypothèse en début d'année de la probable augmentation de ces entités en 2019, c'est à dire de l'existence d'un nombre de création d'entreprises supérieur à celui des disparitions. Or, il est probable que ce soit d'autant plus le cas pour les entreprises au régime réel. En effet, leur espérance de vie est largement meilleure que celle des micro-entreprises. Rappelons qu'en 2019, il y a eu 429 000 naissances d'entreprises au régime réel (218 400 sociétés et 210 600 entreprises individuelles hors micro-entreprises).

... et prix ?

L'insee affirme aussi que la croissance de la branche comptable en 2019 tiendrait, pour 0,9 point de pourcentage, à l'effet prix. Cela constituerait un retournement de tendance après une baisse des prix de 0,6 %, 1,2 % et 1,9 % respectivement en 2016, 2017 et 2018. Toutefois, il est difficile d'avoir une vision claire sur ce sujet car les différentes études sont susceptibles d'aboutir à des conclusions différentes. Et l'Insee est relativement opaque sur sa méthodologie d'estimation de l'effet prix et notamment sur le nombre d'entreprises retenu dans son échantillon.

 

Comment l'Insee mesure l'activité comptable

L'activité comptable est regroupée dans le code Naf (nomenclature d'activité française) 69.2. Cela englobe notamment les services de tenue comptable, de vérification comptable, d’établissement financier, d’audit financier, de paie, d’établissement d’attestations ou encore de conseil fiscal (voir PDF iconle document pour la liste des activités incluses).

La notion de branche d’activité regroupe des entreprises et des parties d'entreprises qui produisent la même catégorie de prestations (ou de biens). Cela signifie que la branche activités comptables prend en compte non seulement l'activité comptable réalisée par les cabinets comptables, libéraux comme associatifs, ainsi que celle des entreprises qui ne relèvent pas du secteur comptable — ces dernières entreprises peuvent appartenir au secteur conseil en gestion, à l'édition de logiciel ou bien être une société qui facturerait une activité comptable à une entité de son groupe.

Le secteur activités comptables englobe, quant à lui, toutes les entreprises et rien que les entreprises dont l’activité principale est comptable, c’est-à-dire appartenant à l'activité Naf 69.2. Cela comprend exclusivement les structures d’expertise comptable (y compris les AGC), d’audit légal et les organismes de gestion agréés et éventuellement certains autres prestataires de ce secteur telles qu'une entreprise dont l'activité principale est la paie (hors édition de logiciel).

 

Gestion d'entreprise

La gestion d’entreprise constitue l’essentiel de l’activité d’un dirigeant d’entreprise. Elle fait appel à un grand nombre de notions empruntées de la comptabilité (analyse du bilan, compte de résultat, prévisionnel, budgétisation...), de la finance (la gestion des risques au moyen de la gestion des actifs et des assurances professionnelles), du droit des affaires (choix du statut juridique, contrats commerciaux, fiscalité)

Découvrir tous les contenus liés
Ludovic Arbelet
Vous aimerez aussi

Nos engagements