Recyclage du verre : la filière vise le 100 %

05.11.2019

Environnement

Pour contribuer à la dynamique d'économie circulaire, la charte « Verre, 100 % solutions » présente ses engagements pour que le verre ne devienne jamais un déchet : un objectif de 100 % de verre collecté pour recyclage, un renforcement de la mobilisation de tous les acteurs et le développement du réemploi lorsqu'il est pertinent.

Les acteurs de la chaîne de valeur du verre (verriers, metteurs en marché et distributeurs) ont présenté à la ministre de la transition écologique et solidaire la charte « Verre, 100 % solutions » qui comporte les engagements de la filière pour tendre vers le zéro déchet non valorisé. Un Comité de suivi associant les signataires, l’État, les collectivités territoriales et la société civile sera en charge de suivre la mise en œuvre de ces engagements.
Tendre vers 100 % de verre collecté pour recyclage d’ici 2029
Le verre est un matériau d’emballage recyclable à 100 % et à l’infini mais pas encore suffisamment collecté. Si la collecte du verre permet d’atteindre un taux de recyclage de 78 %, encore 10 kg en moyenne de verre par an et par habitant se retrouvent dans les ordures ménagères résiduelles et le gisement du verre hors-domicile.
 
La filière se fixe un objectif de 100 % de verre collecté pour recyclage d’ici 2029, avec un objectif intermédiaire de 90 % en 2025. Pour y parvenir, elle compte s’appuyer sur une densification des points d’apports volontaires dans les centres urbains en vue de couvrir 100 % des zones sous équipées, le développement de la collecte des emballages en verre à la consommation hors-foyer, la poursuite des efforts d’écoconception et d’allégement du poids des emballages et le soutien aux initiatives de collecte innovantes.
 
Son deuxième engagement porte sur la mobilisation de tous les Français pour faire du geste de tri une évidence au quotidien. Une étude diagnostic du verre résiduel dans les ordures ménagères résiduelles (OMR) va permettre de caractériser le gisement existant et cibler géographiquement les actions à mener. Une autre idée consiste à associer le geste de tri du verre à une cause citoyenne ou une gratification. Enfin, des campagnes de communication nationales et territoriales dédiées seront lancées.
Soutenir le réemploi là où il est pertinent
Le réemploi des emballages en verre permet d’éviter 460 000 tonnes de déchets. Mais pour être pertinente environnementalement, la consigne pour réemploi doit respecter certains critères environnementaux (distance parcourue par l’emballage, taux de retour, nombre de réutilisations, consommation d’eau, etc.), de santé publique et de sécurité des consommateurs mais aussi des contraintes logistiques et économiques.
 
Compte tenu de ces impératifs, les signataires de la charte s’engagent à promouvoir le réemploi là où il est pertinent, à savoir dans les circuits locaux de distribution afin de minimiser les impacts liés aux transports, auprès des établissements de service à table.
 
La filière compte créer, en partenariat avec l’ADEME, un Observatoire du réemploi afin d’étudier les conditions de développement et de mise en œuvre du réemploi pour définir une juste trajectoire de croissance. Le test et le développement de modèles de réemploi lorsqu’ils sont adaptés au produit sont également prévus.
 
L’appel à manifestation d’intérêt (AMI), lancé par Citeo et l’ADEME, sera poursuivi. Il soutient des projets innovants permettant de :
- faire progresser la performance environnementale des dispositifs de réemploi existants : écoconception des emballages, de la collecte, du transport et de la logistique, du lavage ;
- faire émerger de nouvelles solutions de réemploi du verre : autre conditionnement que la bouteille, autre secteur que la boisson.
 
Lors de son intervention à la réunion de présentation de la charte, Brune Poirson a appelé les acteurs de la filière boisson à aller encore plus loin en terme de réemploi et a évoqué l’enjeu de la consigne. Un dispositif de consigne mixte, c’est-à-dire pour recyclage et pour réemploi, afin que le premier (le recyclage) finance l’autre (le réemploi) pourrait être exploré.

Environnement

La mise en place d’une stratégie environnementale cohérente s’impose de plus en plus aux entreprises du fait de la complexité de la législation pour la protection de l’environnement et de la multiplicité des réformes. En effet, de nombreuses lois et réglementations ont récemment impacté les activités économiques (autorisation environnementale, concernant notamment les ICPE, loi de transition énergétique, loi biodiversité)

Découvrir tous les contenus liés
Gaëlle Guyard, Code permanent Environnement et nuisances
Vous aimerez aussi

Nos engagements